Le site du parti de l'In-nocence

 

Communiqués

 


Abonnement aux communiqués (RSS)

Communiqué n° 2029, mardi 6 février 2018
Sur la privatisation de certaines tâches de police
Le parti de l’In-nocence, Davos étant à peine achevé, observe que la davocratie directe — la gestion sans intermédiaire du parc humain par Davos, par les banques, par la finance hors-sol, par le remplacisme global — accroît encore son emprise sur la France, qui en est le meilleur champ d’exercice depuis l’élection d’Emmanuel Macron. Déjà les grandes figures de la vie politique française depuis trente ans ont été renvoyées à leur foyer, pour la plupart. Déjà nous avons un gouvernement d’inconnus, choisis pour leur seule servilité au maître. Déja l’Assemblée nationale a été peuplée d’une forte proportion d’ahuris qui lui doivent tout. Déjà tous les grands partis traditionnels ont éclaté et s’affairent à ramasser comme ils peuvent leur morceaux. Déjà les pouvoirs locaux, à tous les niveaux, sont rendus impuissants par l’asséchement financier. Il fallait encore que la force publique soit dépouillée de certaines de ses fonctions traditionnelles au profit de milices privées, vigiles et agents de sécurité, auxquelles les citoyens seront contraints d‘obéir, alors qu’elles ne participent pas du pouvoir de l’État et de la chose publique.

Le parti de l’In-nocence le constate, l’État est attaqué et par le haut et par le bas. Le niveau politique de l’administration des hommes est tous les jours davantage réduit, au profit de sociétés de droit privé, petites, grandes ou énormes, qui peu à peu achètent le monde et le gèrent en multinationale comme une autre. Le remplacisme global c’est aussi cela : la neutralisation de l’échelon politique, le remplacement de la politique par l’économie, de l’économie par la finance, des pouvoirs publics par le management, de la police et de la gendarmerie par les bandes — celles des voyous, celle des conquérants, celles des trafiquants et des passeurs, et maintenant celles des vigiles privés.
Retour